FSBK 2019, PAU: LE CR!

Après un weekend blanc à Ledenon et des semaines marquées par une grosse incertitude liée aux caprices électroniques de la Geisha, force était de constater que s’aligner à Pau relevait plus du fantasme que de la réalité.
Mais c’était sans compter sur les compétences du team CMS et celles de l’atelier Yamaha Auvergne Motos. Mais si la technique est une chose, la vérité de la piste en est une autre et c’est après un ultime test concluant effectué sur le circuit d’Issoire que nous décidons de nous aligner à Pau pour la 4ème manche du FSBK. Le scénario est assez incroyable car quelques heures avant, le forfait était acté à 99%!

Vendredi: La pluie est au programme et nous ne roulons qu’en FP2 sachant qu’à partir de samedi et ce pour toute la durée du week end, c’est soleil, chaleur et même canicule dimanche.


Pour autant, tout s’est bien passé durant cette séance effectuée sur une piste délicate et je me suis même amusé grâce, entre autres, aux conseils de Thierry Maurin.
Pour le moment, ça le fait…

FP3 demain à 11h et Qualif à 15h45. 😉👊👊

Samedi
La première info (et certainement la plus importante), c’est que la moto continue de parfaitement fonctionner!
Ensuite, Pau Arnos ne fait pas exception à la règle: Nous continuons à progresser et à améliorer nos références puisque je n’ai jamais roulé aussi vite à Pau qu’aujourd’hui. Alors évidemment, dans un environnement hyper relevé, le classement scratch rend difficilement compte de cette dynamique mais je me fais grave plaisir et chaque tour apporte son lot de sensations nouvelles.
Et je compte bien enfoncer le clou demain même si les prévisions au niveau des températures sont assez préoccupantes.
Une grosse journée qui commencera dès 8h30 avec le warm up qui sera suivi des 2 courses, l’une à midi et l’autre en fin d’après midi.
ça va chauffer!

Le moment est venu de clore le chapitre béarnais…
En fait, ce dimanche dédié aux courses a été plutôt étrange et assez loin, je dois l’avouer de ce que j’imaginais.
En course 1, je ne peux réaliser l’objectif que je m’étais fixé à savoir améliorer mon temps de qualif pour rouler en 21…Je parviens pourtant à m’accrocher à distance au groupe qui me précède mais un guidonnage plutôt viril à l’amorce de la ligne droite des stands et une faute quelques mètres plus loin m’en font perdre définitivement le contact.
À peine ai je le temps de m’apitoyer sur mon sort qu’une épaisse fumée noire se dégage du bas de la descente où j’aperçois l’infortuné Hugo Clère luttant armé d’un extincteur pour tenter de sauver sa moto de l’incendie: Drapeau rouge!
La direction de course décrète que la course ne reprendra pas, une décision qui alimentera pas mal de conversations…
La chaleur s’abat sur le circuit dès le début d’après midi et j’en profite pour engloutir environ 1000 litres d’eau!
Un quart avant l’ouverture de la pit lane, je ressens une violente migraine…inhabituel mais pas suffisant pour perturber mes derniers instants de concentration.
À l’extinction des feux je prends plutôt un bon départ mais rapidement, quelque chose ne tourne pas rond…pas de voyant douteux sur le tableau de bord ou de coupures moteur cette fois puisque c’est du coté du bonhomme que ça cloche: Fourmillements dans les bras, poids sur l’estomac, nausée, frissons…Là, c’est pas bon du tout! J’essaie d’enchainer un virage ou deux mais ça ne le fait pas et je décide de rentrer…Juste à temps! Je jette la moto entre les mains de mon acolyte Jonath qui la rattrape in extremis et je me cogne un bon petit malaise dont je vous passe les détails…Week end terminé un peu dans la confusion…

Rien de bien grave au final et après avoir récuperé quelques minutes, je serai apte à reprendre la route avec Magny Cours dans le collimateur. Le circuit nivernais sera en effet le théâtre de la 5ème manche du championnat dans moins de 15 jours!
Speciale dédicace à mon co-loc Guillaume Raymond auteur d’un week end brillant!
VOLKANIKEMENT!